AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Baby doll

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité


MessageSujet: Baby doll   Mer 12 Juil - 16:47


GOLDSUN, VIVALDI
( elle parlait très vite, comme
si le silence lui faisait peur )

hellagifhunts / Mathias Malzieu


DATE ET LIEU DE NAISSANCE : T’as jamais bougé, Vivi. T’es née ici, tu as grandi ici et tu mourras surement ici. C’est l’hôpital public de Madison qui t’a accueilli le 7 février 1997. Il neigeait, la route glissait et ton père n’est pas arrivé à temps pour couper le cordon. Tu porterais certainement un autre prénom si ton père était arrivé trente minutes plus tôt. Il a toujours détesté la passion de ta mère pour la musique classique et encore plus son imagination débordante, en termes de prénoms. ORIGINES : Tu es d'ici, tu es d'ailleurs, tu as le monde aux creux de tes mains. visage aux milles facettes, tu restes pourtant américaine, pour la loi, pour ton père. EMPLOI/OCCUPATION : Tu  cabrioles, tu caracoles dans cette tenue trop serrée, trop bariolée. Tu rentres dans des boites, à défaut de sortir de ta cage dorée. Tu souris sur les affiches publicitaires du cirques, tu te fais applaudir, projecteurs braqués sur toi. Tu as appris à aimer ça, Vivi,  étoile montante d'un cirque au fond du gouffre.  CLASSE SOCIALE : On te traite de manouche, on te montre du doigt, toi t'en ris, parce que tu souris toujours à la vie. Tu roules pas sur l'or, mais t'es heureuse, dans ta caravane jaune. ORIENTATION SEXUELLE : Y'a les filles, y'a les garçons, tu ne fais aucune distinction. STATUT CIVIL : Tu l'as aimé si fort, si longtemps. toujours à demi-mots, des sourires, des regards, et puis le noir complet. Elle est partie, Rosie, et ton cœur avec elle. CARACTÈRE :C’est une poupée, Vivi, une marionnette façonnée par son père. La petite fille parfaite, qui ne dit jamais non, qui sourit toujours, oui. Vivi, t’es une poupée, une poupée brisée. T’as pas supporté de perdre ta mère, ton frère et ta sœur. T’as pas supportée de la perdre, elle, unique fleur colorée dans ce tableau si sombre qu’est la vie. Pourtant, tu souris toujours, Vivi, tu ne changes pas, au contraire. C’est peut être maladroit, c’est peut être mauvais, mais c’est ta façon à toi de faire ton deuil, de continuer à avancer.  ON YOUR MIND : Ta famille qui te manque, qui est partie, si brusquement, sans se retourner. Ta mère lassé par cette vie si particulière, et tes aînés qui suivent. Tu as dû choisir ton camps, toi aussi Vivi, ta mère ou ton père. T'avais dix ans, tu n'avais jamais vu ton père pleurer, alors tu l'as choisis, lui, tu as accepter d'être son étoile, pour en retrouver dans ses yeux. Le rêve de ton père est devenu le tient, Vivi, le cirque et la scène. Mais Rose s'est brisée et ton rêve avec elle. Ton père est malade, il ne peut plus assuré le cirque, et tu prends sur toi, pour rebâtir son empire, même si, avec du recule, tu aurais aimé partir, toi aussi, et vivre comme n'importe quelle fille de 20 ans. AVATAR : Emily Rudd. GROUPE : Pick-up truck.


▹ JUST AN OLD SWEET SONG
Un nom, qu’est-ce que c’est finalement ? Une identité ? Un héritage ? Toi, t’y crois pas, parce que ton nom, c’est juste une blague, Vivi. Il n’y a rien de vrai, dans ce nom. Vivaldi Goldsun. Un prénom choisi par ta mère, un prénom qui n’existe pas, un prénom qui n’existera surement jamais. Et un nom sans histoire, sans famille. Un nom changé pour faire bien, sur le papier, un nom pour le cirque, parce que Smith, c’était trop commun. Et finalement, Vivaldi est devenue Vivi. Plus simple, plus courant, un prénom qui ne crispait plus ton père. Quand on y pense, ta vie entière est un mensonge, en commençant par ton prénom.

Tu n’as rien connu d’autre que le cirque, Vivi. T’y a grandi, t’as appris à parler avec le clown, de la caravane 12, t’as appris à marcher avec la femme à barbe. Ta marraine était contorsionniste, tu as appris à faire le grand écart alors que tu tenais à peine sur tes jambes. Ton univers entier n’était que farandole, berlingot et barbe à papa. Et tu ne t’es jamais plaint. Parce que tu aimais ça. Mais ta mère, elle, étouffait. Elle ne supportait plus l’odeur de sucre, la promiscuité, les haut-parleurs et le costume de son mari. Alors elle est partie, un matin. Tu jouais dans les coulisses et elle t’a prise par la main, t’as conduite jusqu’au parking, Verdi et Ludwig était déjà dans la voiture, ils ne t’ont pas regardé une seule fois, pas même quand ta mère t’a demandé de choisir, entre elle et le cirque, entre elle et ton père. T’avais dix ans, Vivi, tu n’étais pas prête à faire ce choix. Pourtant, tu as lâché sa main, tu t’es accroché à ton père. Tu ne pouvais pas le laisser tout seul, tu n’en avais pas le droit. Vivaldi est devenue Vivi, ce jour-là.

Tu as le droit à une carte, tous les ans pour ton anniversaire. Tu sais de qui elle vient, le nom de ta mère étant inscrit au dos. Mais tu ne les as jamais ouvertes, elles restent caché dans une boite, sous ton lit. Tu leur en veux trop, tu les détestes, pour vous avoir abandonné, de ne pas revenir, de vous oublier. T’es rancunière, comme gamine.

Il est vite devenu évident que tu avais un don certain pour la mise en scène. A 12 ans seulement, tu étais déjà capable de créer de superbe numéro et c’est ainsi que, le jour de ton treizième anniversaire, tu as pu présenter ton premier numéro de contorsion.

T’as toujours eu du mal à te faire des amies. Tu n’étais pourtant pas la seule enfant du cirque, et lors des cours mise en place, entre deux répétitions, tu restais toujours à l’écart. Et puis elle est arrivée, avec ses fossettes et son sourire. Avec elle, tous étaient plus faciles. Vous pouviez parlez pendant des heures. Et si on te prenait avant pour une gamine hautaine, tu as pu, grâce à elle, t’intégrer auprès des autres gamins, rencontrant Will, Albin et Sol. Tu t’es vraiment fait une place, et tu étais heureuse, Vivi.

Tu l’aimais vraiment bien, Rosie. Un peu trop, peut-être. Tu ne pensais pas pouvoir tomber un jour amoureuse d’une fille, mais c’est arrivé, comme une bombe dans ta vie. Et tu as fait avec. Tu ne lui as jamais dit, à Rosie. Parce qu’il y avait Albain, parce que vous étiez amies ; T’as tout gardé pour toi, Vivi, et c’est sans doute le plus gros regret de ta vie.

Parce qu’aujourd’hui, elle n’est plus là, Rosie. C’était un beau spectacle, pourtant, et encore aujourd’hui, tu ne comprends pas ce qu’il s’est passé. Elle s’est élancée, dans les airs, comme toujours, elle semblait voler, Rosie, mais ses ailes se sont brulées, et comme un oisillon, elle est tombée du nid. Elle ne s’est pas relevée, Rosie, et tout s’est effondré avec elle. Le cirque a fermé, le groupe a explosé, tout est parti en fumée.

Ton père est tombé malade. Ce que vous preniez d’abord pour une vielle toux s’est transformé en quelque chose de plus sérieux. Cancer des poumons. Il a fumé la pipe pendant plus de trente ans, il aurait dû s’y attendre. Vivi, tu dois t’occuper de lui maintenant, c’est ton rôle, tu es son unique fille maintenant. Il t’a avoué un soir avoir peur de mourir sans revoir son étoile en tête d’affiche, et tu lui as promis de recréer ce cirque que vous aimiez tant.

Au fond de toi, pourtant, tu te demandes si ce n’est pas l’heure pour toi de grandir, de voir du pays, d’aller à la fac, d’avoir un appartement, un vrai travail, une vie bien remplie. De ne plus être la gamine en justaucorps doré qui rentre dans des boites pour le bon plaisir d’un public déchainé. T’aimerais essayer de nouvelle chose, être audacieuse, pour une fois dans ta vie. Mais tu as peur, Vivi, peur de t’élancer dans l’inconnu, dans le vide, et de tomber, toi aussi.

Toute ton attention est concentrée sur la reconstruction du cirque. Mais malgré tout, tu n’es pas aveugle, tu sais ce qu’il se dit, derrière son dos. Sol la première est persuadée que tu ne veux que briller, que tu n’es là que pour tes six précieuses minutes, que tu as oublié Rosie, que rien mis à part toi, ne t’intéresse. Et ça te bouffe, qu’ils puissent penser ça de toi, qu’après toutes ces années, ils n’arrivent pas à voir au-delà de cette image de poupée parfaite que tu as si bien façonnée.
.


PSEUDO / PRÉNOM : RoseImpure/Zoey. ÂGE : 18. FUSEAU HORAIRE : FR. PRÉSENCE : autant que possible INVENTÉ OU SCÉNARIO : pré-lien, le cirque. MOT DE LA FIN : vous êtes trop beaux.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
MESSAGES : 299
DEPUIS LE : 19/02/2016
©, AVATAR : huxley. © hedgekey.
ÂGE : vingt-sept cigarettes encore fumantes laissée sur les pavés mouillés par les nuages craqués.
EMPLOI : tueur à gages. l'odeur de poudre qui fait froncer le nez, le danger qui fait battre plus fort l'palpitant.
ON YOUR MIND : cette gamine qui l'perturbe tant, opales magiques dans lesquels il se perd.
ces connards à qui il rêve de casser le coin de la gueule sur le bitume sali par les bottines des inconnus.
les mâchoires crispées aux souvenirs insidieux et hideux d'une prison dans lequel il a été enfermé, fauve en cage.

MessageSujet: Re: Baby doll   Mer 12 Juil - 20:10

bienvenuuuuue !
tu fais un très bon choix avec le cirque.
marie (solveig) est absente jusqu'au 14 mais elle te fera un accueil de folie à son retour, j'suis sûre.
et puis emily elle est trop mimie.

_________________
   





si toi aussi t'es une tchoin tape dans tes mains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
MESSAGES : 55
DEPUIS LE : 04/07/2017
©, AVATAR : Terra Jo Wallace ¤ Morrigan
ÂGE : 19 rêves échoués, 19 illusions abbandonées
EMPLOI : lycéenne et équilibriste déchue
ON YOUR MIND :

MessageSujet: Re: Baby doll   Mer 12 Juil - 22:15

jsuis en lové de ta fiche pour moi tout est parfait bby
Hate de rp

_________________
crédit:priskaka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
MESSAGES : 250
DEPUIS LE : 26/02/2016
©, AVATAR : cole (eylika).
ÂGE : vingt-cinq.
EMPLOI : tatoueur. dealer.
ON YOUR MIND : des rêves de liberté. le goût d'ailleurs. l'odeur du meilleur. changer de vie. changer de toi. arrêter de te morfondre sur oslo qui te regarde plus. et comprendre tes sentiments qui naissent pour orion.

MessageSujet: Re: Baby doll   Jeu 13 Juil - 14:11

c'que je l'aime ta vivi
j'veux absolument un lien,
j'sais pas encore quoi mais j'veux
bienvenue à la maison,
je te laisse passer par le bottin

_________________
#TEAMMARION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité


MessageSujet: Re: Baby doll   Jeu 13 Juil - 14:20

Merci
Et avec plaisir, pour le lien, j'ouvre ma fiche de lien dans la foulée
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Baby doll   

Revenir en haut Aller en bas
 
Baby doll
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Baby blues, Baby dolls (reportage sur la 5)
» les Baby Dolls Sheep
» Vous portez quoi pour dormir ???
» J.I.D. ? pour comprendre ?
» Une Babydoll dans le forum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PAPER PLANES :: on the road again :: living the good life-
Sauter vers:  
PARTENAIRES
nos copains

⟩ voir la pub bazzart

ÉVÈNEMENTS
lieux éphémères
+ LE BAL MASQUÉ
+ LA FÊTE FORRAINE