AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 TROUBLE OBSESSIONNEL COMPULSIF.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
MESSAGES : 13
DEPUIS LE : 29/07/2017
©, AVATAR : ashton irwin.(anaelle)

MessageSujet: TROUBLE OBSESSIONNEL COMPULSIF.   Dim 30 Juil - 0:50


OAKLEY, MATEUS
( damaged people are dangerous,
they know they can survivre )

crédit tumblr / josephine hart


DATE ET LIEU DE NAISSANCE : t'as vu le jour à madison, y'a vingt années de ça, un trente décembre enneigé. petite anecdote, il neigeait tellement que ta mère t'a donné naissance sur le canapé du salon, routes impraticables. répugnant, mateus. ORIGINES : américain, t'as néanmoins des origines australiennes.  EMPLOI/OCCUPATION : t'es pas vraiment en possibilité d'bosser, mais tu fais quand même des études de psychologie, étrange pour un garçon qui est lui-même un cas psy, mais ça t'pousse à devoir t'comprendre quelque part. CLASSE SOCIALE : t'es l'fils à papa, le parfait cliché, tu manques d'rien, t'es plein aux as. ORIENTATION SEXUELLE : t'es gay, mateus, ça a jamais fait aucun doute, personne a jamais cherché à contester ça et puis tu leur laisses pas l'choix. STATUT CIVIL : il est dans ta tête, dans ta peau, dans ton cœur. il est partout et nulle part à la fois, toujours avec toi. il est probablement le seul être que tu veux à tes côtés pour toujours, putain, mat, ça fait cliché mais c'est tellement vrai. t'es dingue d'mickey, c'est comme ça, et ça a commencé quand t'avais seize ans, tout ça. CARACTÈRE : c'est bien l'truc le plus compliqué d'toi. parc'que tu peux être doux, attachant, comme tu peux être violent. la violence, c'est bien l'truc le plus présent chez toi dans certains moments. tu vis entre violence, peur et angoisse. la solitude te terrorise, la solitude est ta hantise. on pourrait croire que tu joues à amplifier, à faire plus que tout l'monde, mais c'est rien d'tout ça, mateus. une émotion chez toi peut avoir l'effet d'une bombe, l'impulsivité prend le dessus et on tire pu rien d'toi, t'es sensible, plus sensible que la normale. tu pleures comme tu frappes, tu frappes comme tu ris. t'es impulsif, trop impulsif, tu pars au quart de tour et tu l'regrettes souvent, mais t'y peux rien, toi, parce que quand t'as un truc en tête, tu l'abandonnes pas, c'est bien ça l'souci. t'as des tendances dépressives, tes poignets en témoignent, d'tes conneries, parc'que t'es imprévisible, mateus, malgré toi. t'es imprévisible et y'a rien qui peut dire que demain tu seras encore sur terre. ON YOUR MIND : tenir pour mickey, vivre pour mickey. l'demander en mariage quand t'en auras l'courage, être encore là demain, pas oublier ton traitement ce soir, adopter un chien. AVATAR : ashton irwin. GROUPE : pick-up truck.


▹ JUST AN OLD SWEET SONG
18 avril 2011
cher journal,
première fois que j't'écris, première fois rime avec présente-toi, ça a pas de sens d'commencer un bouquin futile si on sait même pas qui en est l'auteur, pas vrai ?

l'parfait cliché du gosse qui pointe sa tronche dans une famille aimante, j'suis. l'parfait cliché du gosse qui a tout pour être heureux. l'cliché qui est parti en couille, j'sais pas où il est parti le gosse, mais il est loin.
sigmund freud disait si tu veux pouvoir supporter la vie, sois prêt à accepter la mort. mais tout ça, c'est que d'la pure connerie, d'la pure fantaisie qu'on raconte aux enfants devant la dépouille du cochon d'inde qu'ils ont oublié d'nourrir. parc'que j'ai accepté la mort, parce que c'était pas un choix. et pourtant, des années après, je supporte pas, toujours pas, la vie. on mettra ça sur l'compte d'une étiquette d'malade mental qu'ils m'ont collé sur la tronche, y'a bien des années d'ça. dangereux, qu'ils disent. dangereux, sans limite. dans l'danger, y'a l'adrénaline, t'sais, l'genre de truc qui t'fait une piqûre d'rappel histoire d'te dire "hé, t'es vivant quand même", parc'que si rester cloîtré chez soi à trembler à l'idée du danger, ça donne pas d'valeur à la vie, pas d'sens. elle a pas d'sens, si on risque pas d'la perdre. elle a pas de sens, dans le fond, l'existence. on naît, on vit dans un monde de merde, on meurt, point final. si on a de la chance, on a le droit à un peu de bonheur par dessus, mais c'est vraiment si on est chanceux. sinon, c'est marche ou crève. j'avoue avoir envisagé la seconde option à plusieurs reprises.

21 juin 2012.

cher journal,

putain, aujourd'hui, c'était beau. aujourd'hui, il m'a donné espoir. l'espoir, l'envie d'y croire. il a débarqué avec son sourire, encore plus beau qu'avant, il a débarqué et il a tout retourné sur son passage. son sourire, son regard. il m'fait accélérer l'cœur comme personne avant. j'ai besoin de lui. parc'qu'avec lui, c'est doux, c'est facile, c'est beau. parce qu'il dit des mots jolis, il rit, il sourit. pis lui aussi, il est beau.
j'crois qu'j'suis amoureux.

02 janvier 2013

putain de merde. y'a tout qui part en vrille, y'a tout qui tourne à l'envers, y'a pu rien qui va. il parle d'm'envoyer chez les fous, mais toi comme moi, mickey comme moi, on sait que c'est pas vrai. j'suis pas fou, je suis normal, j'suis pas cinglé et je veux pas finir dopé pour pas bouger sur un plumard. je suis pas fou, j'vais très bien. j'vais très bien, quand mickey est là. c'est pas facile tous les jours, ça sera probablement jamais simple, mais il est là même quand ça va pas. il est là, avec son sourire - qui devient faux des fois - aux lèvres qui l'rend beau comme un dieu, qui m'ferait gravir des sommets. pis il est là, pour lui dire que j'suis pas cinglé, il l'empêche de m'envoyer là-bas, il veut qu'on reste ensemble, il veut pas qu'on soit loin et il a raison. parc'qu'il est la petite étincelle dans l'néant d'une existence morne et terne qui demande qu'à s'arrêter.

05 octobre 2015

ça fait combien d'temps que j'suis là? j'voudrais bien savoir, j'aimerais bien. j'veux partir de là, j'veux rentrer. ils disent que j'suis là parce que ma maladie a failli m'tuer, que j'ai failli m'tuer. les veines ouvertes, dans une baignoire, les veines ouvertes à attendre que l'temps passe. la maison en carnage, une crise que j'ai fait, ils ont dit. accès d'violence. j'ai tapé personne, mais j'me suis fais mal, oui. parc'que ça m'rappelle tout, ça m'rappelle qu'j'suis coupable. elle est morte à cause de moi, maman, et moi j'voulais juste la rejoindre pour la serrer dans mes bras. parce que si j'avais pas insisté pour qu'elle prenne c't'avion pour être là à temps pour ma super fête d'anniversaire, elle serait pas morte, elle aurait pas pris le mauvais. pis ça se voit, dans le regard de papa, que j'suis l'assassin, qu'il le pense.
c'est ma faute, bordel. c'est ma faute et j'voulais tellement la rejoindre que j'ai fini ici, seul. seul dans le silence, bercé par les hurlements. j'suis pas fou comme eux. j'suis pas fou, j'veux retrouver mickey, j'veux rentrer. j'veux qu'on me ramène, pis qu'on les enferme à ma place ces connards d'infirmiers. parc'que c'est pas censé être violent des infirmiers ? c'est censé aider, mais pas censé taper ? ils ont fait passer les ecchymoses pour des blessures volontaires, ils ont menti et je suis coincé ici. mais j'suis pas fou, j'veux rentrer. je veux rentrer chez moi.

février 2016

il m'a fait sortir, mickey. il a été voir papa, il l'a mis sur l'fait. tu sais, quand il a passé la porte, mickey, dans cette horrible chambre, c'est comme si il avait rappuyé sur le bouton plat d'un film qu'on a laissé sur pause trop longtemps. il a remis ma vie en route. il m'a ramené, on est rentrés. on a même refait l'amour, c'est fou c'qu'il m'a manqué. c'est fou c'que j'ai peur d'le perdre, à chaque fois. j'ai peur de me réveiller et qu'il soit parti. alors, j'm'endors toujours après lui et lève avant lui, sauf quand y'a des crises. parce que j'fais pas exprès mais que derrière la fatigue est là.
mais mickey est là et c'est tout ce qui compte.

15 mars 2017

j'ai encore fait une crise hier soir. il a changé un truc, le truc qui a toute son importance. pis papa il a appelé, il voulait m'voir et moi, ça m'fait flipper. et mickey, il est là, il encaisse. il part pas. mais j'en rêve encore, moi, d'partir. hier, j'ai cassé la lampe de maman. j'ai pas fait exprès, mais en faisant le ménage elle est tombée. ça aussi, ça a eu son importance. elle est tombée, elle s'est brisée de la même manière que j'me briserai un jour. né pour mourir.

mateus est atteint du trouble de la personnalité borderline, pour la petite info. grosso modo, les émotions sont amplifiées chez lui, et il peut se montrer extrêmement nerveux voir impulsif et destructeur, si mat a trouvé en mickey une force de se battre et un semblant de vie, rien n'empêche les mauvais démons de ressurgir et l'entraîner vers le bas. également, la solitude le terrorise et se traduit en une phobie de l'abandon. il supporte pas d'être seul, il se réveille parfois pour être sûr que mickey est là. bref, voilà grosso modo.


PSEUDO / PRÉNOM : anaïs. ÂGE : toujours 18. FUSEAU HORAIRE : toujours pareil. PRÉSENCE : toujours pareil. INVENTÉ OU SCÉNARIO : inventé. MOT DE LA FIN : tg.




Dernière édition par Mateus Oakley le Lun 31 Juil - 1:12, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
MESSAGES : 17
DEPUIS LE : 29/07/2017
©, AVATAR : martin garrix (hedgekey)
ÂGE : dix neuf ans (16/12)
EMPLOI : cavalier, un champion dans les concours.
ON YOUR MIND :


MessageSujet: Re: TROUBLE OBSESSIONNEL COMPULSIF.   Dim 30 Juil - 1:18

à moi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
MESSAGES : 42
DEPUIS LE : 25/07/2017
©, AVATAR : hiit. (applestorm)
ÂGE : dix-neuf ans.
EMPLOI : étudiant, le bracelet électronique au pied.

MessageSujet: Re: TROUBLE OBSESSIONNEL COMPULSIF.   Dim 30 Juil - 10:11


_________________
.......
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité


MessageSujet: Re: TROUBLE OBSESSIONNEL COMPULSIF.   Dim 30 Juil - 10:59

ptdrrr j'aime trop lau qui est passée en mode très dubitative
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: TROUBLE OBSESSIONNEL COMPULSIF.   

Revenir en haut Aller en bas
 
TROUBLE OBSESSIONNEL COMPULSIF.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trouble obsessionnel compulsif
» [Psychologie] Psychopathologie et troubles mentaux
» [Unger, Lisa] Mémoire trouble
» ~to love ru trouble~
» Trouble Jeu (2004)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PAPER PLANES :: on the road again :: living the good life-
Sauter vers:  
PARTENAIRES
nos copains

⟩ voir la pub bazzart

ÉVÈNEMENTS
lieux éphémères
+ LE BAL MASQUÉ
+ LA FÊTE FORRAINE